LE SALAIRE DE LA PEUR

Georges ARNAUD

1950

   La peur. Elle est là, massive, présente et stupide, il n'y a pas à se le cacher. Le feu au cul, et pas pouvoir courir. Seulement, la peur, on peut tout de même quelque chose sur elle : la refuser ; une lettre recommandée du Diable, et on la refuse. Elle continue à attendre à la porte. Elle fait son lit derrière, dans le tank à nitroglycérine ; de là, elle guette. Elle fait bon ménage avec cette soupe à mort subite. Comme une paire de chats, un couple de tigres qui font semblant de dormir pour mieux choisir leur moment. Mais si c'est l'explosif qui bondit le premier, la peur sera dupée, bredouille, elle arrivera trop tard. Pourtant elle est là, tapie derrière votre dos, le train de derrière ramassé sous son ventre de grande bête bleue, apocalypse pour de vrai, elle est là, prête à sauter.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

   Le premier virage est le plus méchant, qui escalade le rocher, on jurerait à la verticale et on aurait tort : vingt pour cent, c'est bien tout. Sur la première démultipliée, c'est-à-dire avec une lenteur incroyable à demi-régime, le moteur gueule déjà fort, le K.B.7 s'en approche. Il a l'air, le camion, d'une grosse bête méfiante et méchante, et la montagne d'une autre, plus grosse encore, plus méchante. Un coup de phare circulaire, puis Sturmer bloque son projecteur à droite, vers l'intérieur de la courbe. Prenant un peu de champ pour rentrer dans l'axe au milieu du virage, il accélère ; tout ce que le moulin a dans le ventre, c'est le moment de le donner. Le volant court entre les mains de l'homme, le camion est une bête rétive et sournoise qui ne veut pas aller où son maître l'entraîne, lève le nez, baisse le nez, gros mufle court qui brille même la nuit, grogne et gronde, mais ne rue pas. Mordant la route, mordant le mur à pleines roues, le camion se cabre, hésite, la bête se cabre, grogne, gronde, obéit, moins forte que l'homme, obéit et passe.

Extrait de :



LE LIVRE DE POCHE n 73
© René Julliard, Paris, 1950

Les extraits reproduits sur Bonnes Feuilles le sont pour vous faire découvrir ou redécouvrir les œuvres concernées, que le créateur du site a aimées, à l'exclusion de toute intention publicitaire.

© ceux du livre et Hans Fraehring pour la mise en forme
Mise à jour 24/10/2018



Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés. Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés TOUCHEZ UN BOUTON CI-DESSOUS POUR LES SIGNALER À DES AMIS OU POUR NOUS ÉCRIRE :