GERBER À VERDUN

   Des politiciens de diverse tendances et de diverses nationalités ont commémoré à Verdun, au son de marches militaires et d'hymnes nationaux qui, comme aurait dit Prévert, ont éclaté comme des tomates trop mûres lancées avec force contre un mur, ont commémoré donc avec fleurs et couronnes le centenaire de ce qui fut l'un des plus grands massacres de l'histoire. Je n'ai pas entendu un mot d'excuse aux centaines de milliers de pauvres diables de diverse tendances et de diverses nationalités assassinés par de grandes industries avides et des politicards complices ou imbéciles.

   Il y a des guerres justifiables sinon justifiées. La deuxième guerre mondiale est de celles-ci, qui a éradiqué l'épidémie nazie. Mais je ne vois strictement aucune justification au génocide de 14-18, aucune.

   Les musiques nationales (nationales comme nationalisme) éclatantes citées plus haut sont une insulte aux morts tombés pour des idéaux inavouables. Je trouve moins écœurants quand les hymnes nationaux sont vociférés dans les stades par des supporters chauvins et avinés : cela n'insulte que l'intelligence et le bon goût.

   On vit une époque formidable.






Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés depuis 1998.

Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez-les à vos amis.






Site non commercial créé en 2012.
Dernière mise à jour : 2019. © Hans Fraehring
Responsable légal : Hans Fraehring.