Ce site est en cours de maintenance pour le rendre lisible sur tous formats d'affichage y compris de téléphones portables.
Pendant ces travaux certaines pages peuvent être temporairement perturbées.


LE JARDIN DES SUPPLICES

Octave MIRBEAU – 1899

   Il y a douze ans, ne sachant plus que faire et condamné par une série de malechances à la dure nécessité de me pendre ou de m'aller jeter dans la Seine, je me présentai aux élections législatives, – suprême ressource – en un département où, d'ailleurs, je ne connaissais personne et n'avais jamais mis les pieds.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

   Et, comme si elle eût voulu, par politesse, diminuer l'horreur de cette anthropophagie, elle spécialisa  :

   – Parce que, sans doute, vous ne mangiez que de la viande de nègre !...

   – Du nègre ?... s'écria-t-il, en sursautant... Pouah !... Heureusement, chère miss, je n'en fus pas réduit à cette dure nécessité... Nous n'avons jamais manqué de blancs, Dieu merci !... Notre escorte était nombreuse, en grande partie formée d'Européens... des Marseillais, des Allemands, des Italiens... un peu de tout... Quand on avait trop faim, on abattait un homme de l'escorte... de préférence un Allemand... L'Allemand, divine miss, est plus gras que les autres races... et il fournit davantage... Et, puis, pour nous autres Franšais, c'est un Allemand de moins !... L'Italien, lui est sec et dur... C'est plein de nerfs...

   – Et le Marseillais ?... intervins-je...

   – Peuh !... déclara le voyageur, en hochant la tête... le Marseillais est très surfait... il sent l'ail... et aussi, je ne sais pas pourquoi, le suint... Vous dire que c'est régalant ?... non... c'est mangeable, voilà tout...

   Se tournant vers Clara avec des gestes de protestation, il insista :

   – Mais du nègre... jamais !... je crois que je l'aurais revomi... J'ai connu des gens qui en avaient mangé... Ils sont tombés malades... Le nègre n'est pas comestible... Il y en a même, je vous assure, qui sont vénéneux...
Extrait de



Bibliothèque Charpentier
Eugène Fasquelle, éditeur, 1925




Les extraits reproduits sur Bonnes Feuilles le sont pour vous faire découvrir ou redécouvrir les œuvres concernées, que le créateur du site a aimées,
à l'exclusion de toute intention publicitaire ou commerciale d'aucune sorte.


Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés depuis 1998.

Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez-les à vos amis.






Site non commercial créé en 2013.
Dernière mise à jour : 2019. © ceux de l'ouvrage cité et Hans Fraehring
Responsable légal : Hans Fraehring.