L'ORANGE MÉCANIQUE

Anthony BURGESS – A clockwork orange, 1962

   Ils ont posé leur pischa graisseuse sur la table au milieu de tous les papiers volants, et ils ont clopé à travers la pièce jusqu'au veck écrivain dont les otchquises à monture d'écaille étaient cassées mais pendaient encore, tandis que Momo dansait toujours autour en faisant trembler les ornements sur le cheminée (mais je les ai tous balayés d'un revers ; comme ça ils ne pouvaient plus trembler, petits frères) et qu'il continuait à totonner avec l'auteur de L'Orange mécanique, lui arrangeant un litso bien pourpre et bien dégoulinant comme une espèce de fruit très spécial et juteux.

   « Ça va, Momo, j'ai dit. Maintenant l'autres vesche. Gogre nous ait en aide. »

   Alors il a joué les gros bras sur la dévotchka, qui n'arrêtait pas de critch critch critch critcher à quatre temps, tzarrible ; il lui a fait une clef aux rouqueurs par derrière, pendant que j'arrachais ci et ça et tout et que les autres continuaient à pousser leurs « hah hah hah », et c'étaient des goudnés drôlement chouettes et tzarrible qui ont montré alors leur glaze rose, Ô mes frères, tandis que je dénouais les aiguillettes et me préparais au plongeon. Tout en plongeant, je slouchais des cris de douleur, et le veck écrivain qui saignait et que Jo et Pierrot retenaient a failli leur échapper en gueulant comme un bézoummi les slovos les plus dégoûtants que j'avais jamais entendus et d'autres de son invention. Après moi c'était justice que ce vieux Momo prenne son tour, ce qu'il a fait en jappant et grognant comme une bête, avec son masquard à la Percebiche Shelley qui avait l'air de ne rien voir ; moi pendant ce temps je tenais la dévotchka. Puis changement d'équipe, Momo et moi on a empoigné le veck écrivain qui n'avait vraiment plus la force de se débattre et se contentait de pleurnicher et de bavocher des slovos sans suite, comme un gars défoncé dans un milkbar à lait gonflé, et Pierrot et Jo ont pris la relève. Après il y a eu comme une accalmie et on était plein d'une espèce de haine ; alors on a cassé tout ce qui restait — machine à écrire, lampe, sièges — et Momo, c'était bien de lui, a éteint le feu en pissant dessus, et il allait même crotter sur le tapis vu l'abondance de papier, mais j'ai dit non.
Extrait de



LE LIVRE DE POCHE n 5017
Traduction de Georges BELMONT
et Hortense CHABRIER
© Anthony Burgess, 1962
© Éditions Robert Laffont SA, 1972




Les extraits reproduits sur Bonnes Feuilles le sont pour vous faire découvrir ou redécouvrir les œuvres concernées, que le créateur du site a aimées,
à l'exclusion de toute intention publicitaire ou commerciale d'aucune sorte.



Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés depuis 1998.
Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez-les à vos amis.




Site non commercial créé en 2013.
Dernière mise à jour : 2019. © Hans Fraehring et ceux de l'œuvre présentée

191016191026
Responsable légal : Hans Fraehring