BECKET ou L'HONNEUR DE DIEU

Jean ANOUILH – 1959

   LE ROI.  —  De la vaisselle d'or ! Quel fou tu fais ?

   THOMAS.  —  Je lance cette mode.

   LE ROI.  —  Je suis ton roi et moi je mange dans de l'argent !

   THOMAS.  —  Mon prince, vous avez de lourdes charges et je n'ai que celles de mon plaisir... L'ennui c'est qu'il paraît que ça se raye... Enfin, on verra ! J'ai reçu aussi deux fourchettes...

   LE ROI, surpris.  —  Des fourchettes ?

   THOMAS.  —  Oui. C'est un nouveau petit instrument diabolique, de forme et d'emploi. Cela sert à piquer la viande pour la porter à sa bouche. Comme ça on ne se salit pas les doigts.

   LE ROI.  —  Mais alors, on salit la fourchette ?

   THOMAS.  —  Oui. Mais ça se lave.

   LE ROI.  —  Les doigts aussi ! Je ne vois pas l'intérêt.

   THOMAS.  —  Aucun intérêt pratique, en effet. Mais c'est raffiné, c'est subtil. Ça ne fait pas du tout normand.
Extrait de



FOLIO n 191
© Jean Anouilh et Éditions de la Table Ronde, 1959




Les extraits reproduits sur Bonnes Feuilles le sont pour vous faire découvrir ou redécouvrir les œuvres concernées, que le créateur du site a aimées,
à l'exclusion de toute intention publicitaire ou commerciale d'aucune sorte.


Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés depuis 1998.

Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez-les à vos amis.






Site non commercial créé en 2013.
Dernière mise à jour : 2019. © ceux de l'ouvrage cité et Hans Fraehring
Responsable légal : Hans Fraehring.