Superwoman et Little Big Man • Coïtus interruptus (Permettez-moi, Madame, de me reti­rer) • Debout !

À l'occasion de l'investiture du premier président noir des États-Unis le président de la république française Nicolas Sarkozy vient de déclarer qu'avec Barack Obama il allait changer le monde, cependant que sa challenger malheureu­se aux dernières élections la ''socialiste'' Ségolène Royal affirmait pour sa part que Barack Obama s'était inspiré de son programme à elle pour élaborer le sien.

C'est vraiment la faute à pas de chance si avec d'aussi gigantesques politiciens notre grand et beau pays se trouve dans une aussi gigantesque merde.

On vit une époque formidable.

•※•

Il faut retirer nos troupes d'Afghanistan.

Un trentième soldat français vient d'être tué en Afghanistan. Par ailleurs, les talibans ayant volé un camion citerne bourré d'essence et étant bêtement tombés en panne, l'aviation alliée a bombardé le camion immobilisé qui a explosé, explosant avec lui des dizaines de personnes venues chouraver l'essence de la citerne, des talibans selon les alliés et d'innocents civils selon le gouvernement afghan. Ce sont les gouttes d'eau, ou d'essence, qui ont fait déborder le vase, et dans tous les pays civilisés pour une fois d'accord les voix bien-pensantes de gauche comme de droite pour une fois d'accord lancent ce cri unanime : il faut retirer nos troupes d'Afghanistan.

C'est vrai : il faut retirer nos troupes d'Afghanistan. Retirons nos troupes d'Afghanistan pour rendre aux talibans leur liberté de penser, de vitrioler les fillettes qui prétendent aller à l'école, de lapider à mort les femmes infidèles. Laissons les très lointains intégristes musulmans mettre totalement la main sur le Pakistan et ses armes nucléaires, laissons le très convenable monsieur Hitler mettre la main sur la Pologne, mais qu'est-ce que je raconte là, les très lointains talibans, leurs femmes martyrisées et leurs Folamour islamistes, d'accord, mais pas le très convenable monsieur Hitler et ses concentrés, non, c'est n'importe quoi, comment j'ai pu faire l'amalgame, c'est Altzeimer, faut dire que je vais sur mes soixante-dix balais, 70 comme 2009 - 1939.

Il faut retirer nos troupes d'Afghanistan.

On vit une époque formidable.

•※•

S'il s'agit de tenter quelque chose pour les hommes, je te conseille de te couper les bras, car tu ne seras pas longtemps à t'apercevoir qu'il n'y a que toi qui en aies...

Je te fais une gageure. Je vais tuer Alexandre; une fois mon coup fait, si les républicains se comportent comme ils le doivent, il leur sera facile d'établir une république, la plus belle qui ait jamais fleuri sur la terre. Qu'ils aient pour eux le peuple, et tout est dit. – Je te gage que ni eux ni le peuple ne feront rien.
Alfred de MUSSET, Lorenzaccio

Nous sommes un peuple fier et debout. Surtout debout, parce que à force de nous faire sodomiser nous avons tellement mal au fonde­ment que nous ne pouvons plus nous asseoir.

UN CITOYEN, Propos (tempérés) de comptoir

On vit une époque formidable.
LE PATRON DU BAR







Site non commercial créé en 1999. © Hans Fraehring et ceux des œuvres phot­ogra­phiées. Responsable légal : Hans Fraehring. Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook et assimilés depuis 1998. Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez les à vos amis.