Popeye chez Mickey • Tiens fume !

L'hiver s'annonce rude : un sans abri est mort de froid à Paris dès début décembre. Les Journalistes Français lui ont accordé quelques lignes.

Quelques jours plus tard un autre sans abri est mort de froid. Les Journalistes Français lui ont accordé quelques lignes.

Le lendemain un nouveau sans abri est mort de froid. Des Journalistes Français lui ont accordé quelques lignes.

Le lendemain encore deux autres sans domicile fixe sont morts de froid. Quelques Journalistes Français leur ont accordé quelques lignes.

Le lendemain le président est allé visiter Disneyland avec sa nouvelle copine. Certains Journalistes Français leur ont accordé de pleines pages de couverture, mais aucune, de couverture, au sans abri qui avait eu le mauvais goût de défuncter de froid le même jour.

Puis le président et sa nouvelle copine sont partis, à bord du jet privé d'un heureux gagnant du Loto pardon d'un talentueux chef d'entreprise mécène et désintéressé, sont partis le président et sa copine se dorer au soleil d'Égypte où, ainsi que le rapporte un Journaliste Français, "ils ont fait beaucoup de choses selon un fin connaisseur de Louxor" (sic), cependant que dans la Mère Patrie on enterrait à la sauvette les surgelés du jour anonymes et imbéci­les, parce qu'il faut vraiment être très con pour dormir dehors par ce temps.

On vit une époque formidable.

•※•

L'autre jour j'ai entendu un ancien ministre, qui restera plus célèbre par la taille de ses cigares que par son action politique, discourir de l'augmentation prochaine du prix du tabac et de l'interdiction de fumer dans certains lieux publics.

Le bonhomme, qui rappelle Bouvard tant par son allure de gros matou content de lui que par sa capacité à avoir du succès bien que n'ayant rien réussi de notable dans aucun des domaines dans lesquels il s'est agité, qui au demeurant comme Bouvard croit avoir de l'esprit quand il a de la vulgarité, le bonhomme a pour habitude de fumer sur les plateaux de télévision de gros cigares bien socialistes comme son parti d'appartenance, et continue même si ses voisins et voisines – je me rappelle d'une charmante – toussent à qui mieux mieux non seulement pour montrer qu'ils sont incommodés mais bien parce qu'ils le sont réellement par le polluant personnage.

L'autre jour donc le gras matou a attaqué violemment les nouvelles dispositions de lutte contre le tabagisme, au motif apparemment pour lui décisif que ces dispositions entraîneraient la perte d'environ 1.500 emplois. Les journalistes présents étant tous fran├žais, c'est-à-dire n'ayant évidemment pas préparé leur dossier, aucun ne lui a donc rappelé que 1.500 chômeurs, oui, mais que le tabagisme provoquait annuellement 70.000 décès – chiffres d'ailleurs probablement sous-évaluée puisque en Allemagne, dont la population est à peine supérieure à celle de la France, les autorités estiment les dégâts à 140.000 morts par an – 70.000 décès dont plus de 5.000 de non fumeurs victimes passives comme la charmante tousseuse évoquée plus haut.

Je pose donc à notre triste clown la question que les journalistes ont omis de lui poser : un homme politique qui pense que la sauvegarde de 1.500 emplois est plus importante que la sauvegarde annuelle de 70.000 vies peut-il être autre chose que soit un lobbyiste pourri à la solde des marchands de tabac, soit un répugnant démagogue souhaitant conserver les voix de ses électeurs fumeurs et bistrots, soit tout simplement un sinistre con ?

On vit une époque formidable







Site non commercial créé en 1999. © Hans Fraehring et ceux des œuvres phot­ogra­phiées. Responsable légal : Hans Fraehring. Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook et assimilés depuis 1998. Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez les à vos amis.