PRÉPOSTFACE

Ce livre restera inachevé : je suis atteint d'un cancer et les crabes ne me permettront sans doute pas de terminer l'ouvra­ge.

Le Banc du Maréchal se proposait de montrer, au travers de la dégénérescence du petit village de Kudrow, comment l'absen­ce de valeurs d'un enseignant rejaillit sur ses élèves, ou plus exacte­ment comment un enseignant imprègne ses élèves de ses valeurs, bonnes ou mauvaises, phénomène dramatique­ment amplifié lorsque cet enseignant brigue des responsabilités politiques locales : les électeurs formés par lui voteront évidem­ment pour lui. En l'espèce l'instituteur adjoint au maire de Kudrow, Romain Auracher, imbécile égoïs­te très sûr de lui, a transmis ces caractéristiques à ses élèves qui, même après le décès prématuré de l'instituteur, précipi­te­ront la chute de Kudrow dès lors que le village coupé du reste du monde sera livré à lui même. Trois résistants assisteront impuissants à la catastrophe : le docteur Fisch­bach et ses amis le garde-champêtre Barnabé (le narrateur) et le curé Stoltz. Les deux derniers seront assassinés et le docteur Fischbach, seul kudro­wien survivant parmi les cadavres pour­ris­sants, se réfugiera avec son chien dans son chalet de montagne isolé, où tous deux finiront probablement par mourir de faim.

Ce roman est évidemment une fiction et toute ressemblance avec des personnes et des lieux existants est impossible : tout le monde sait qu'il n'y a en France aucun enseignant ayant des activités politiques. Seul le banc du maréchal, qui n'apparaît que dans le titre et à une seule autre occasion pour nommer le lieudit où le docteur Fischbach a construit son chalet, seul le banc du maréchal existe : c'est le nom d'une clairière de Busset, un mignon petit village de moyenne montagne des environs de Vichy, où le maréchal Pétain aimait venir se reposer sur un banc. Aujourd'hui on n'y trouve que des cendres de barbecue, des canettes de bière vides et occasionnellement quelques préservatifs usagés.









Tous les sites de cet espace sont sans publicité, sans cookies, sans Twitter, sans Facebook, et assimilés depuis 1998. Ils ne font appel à aucun artifice pour être référencés en tête par les moteurs de recherche. Si vous les avez aimés signalez-les à vos amis. Site non commercial créé en 2014. Dernière mise à jour : 2019. © Hans Fraehring. Responsable légal : Hans Fraehring



160120281019